SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire | Réforme du collège | Réforme du lycée |

TOUS MOBILISÉS LE VENDREDI 6 NOVEMBRE RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE POUR LE CDEN BILAN DE RENTREE
Article publié le 11 octobre 2020

Alors que notre ministre répète à l’envi que cette rentrée est « normale », nos organisations syndicales constatent au contraire quant à elles une dégradation accélérée des conditions de travail des personnels et des conditions d’apprentissage de nos élèves. En effet, nos élèves sont entassés dans les salles et à la cantine, obligés de porter un masque parfois jusqu’à 12 heures par jour et ont de toute évidence des lacunes résultantes de ces mois sans venir à l’école. Aucun dispositif n’a été prévu pour palier à ces lacunes, aucun accompagnement psychologique et pédagogique n’a été mis en place. Aucune réduction d’effectifs. Rien qu’une culture des chiffres manipulés pour faire croire à nos concitoyens que tout va bien.

Côté personnels, ce n’est pas mieux. Les collègues enseignants non-titulaires ont été remerciés sans que le rectorat respecte le délai de prévenance et ont attendu jusqu’à la fin du mois de septembre pour recevoir leur attestation permettant de percevoir leurs indemnités chômage. Les agents des collectivités territoriales subissent de plein fouet une surcharge de travail et lorsque par fortune, des personnels sont embauchés pour prêter main forte à nos collègues, ils le sont par l’intérim. Bref, là où il faudrait toujours plus de stabilité et de moyens humains pour désinfecter et protéger personnels, élèves et familles, encadrer les élèves dans les temps de vie scolaire, c’est le recours à la précarité toujours plus fort qui l’emporte quand nettoyage et désinfection ne sont pas tout simplement abandonnés faute d’effectifs suffisants.

A cela s’ajoute que le ministre profite de la crise pour faire passer ses réformes en prévoyant la mise en place d’un enseignement hybride alors que le numérique a fait la démonstration de ses limites pendant le confinement et que les promesses de revalorisations salariales sont ridicules.

Cette crise sanitaire met en lumière pour l’ensemble de la communauté éducative les retards cumulés en dotation de notre département. Ainsi la Seine et Marne conserve et conforte la position peu enviable de 101ème et dernière en termes de taux d’encadrement pour les écoles du premier degré. Dans les collèges et les lycées, les effectifs par classe ne cessent d’augmenter, les heures d’enseignement diminuent au fil des réformes qui permettent de réaliser des économies budgétaires contre l’intérêt des élèves.

Parce que pour nous, l’équité n’est pas qu’un beau mot mais bien un ensemble d’actes :

Ensemble, exigeons un plan d’urgence à la hauteur des enjeux en faisant GRÈVE LE 6 NOVEMBRE et en nous rassemblant devant la préfecture à
MELUN à 13h30 pendant le CDEN !

EXIGEONS :
• une réelle revalorisation salariale en augmentant la valeur du point d’indice afin de rattraper notamment les 10 dernières années de gel,
• des embauches sous contrat de droit public pour tous les personnels, qui permettent le renforcement des effectifs et les remplacements,
• l’ouverture des listes complémentaires aux concours,
• la baisse des effectifs par classe tous niveaux confondus qui tienne compte de la distanciation et permette un enseignement au plus près des élèves,
• des personnels de santé : psyEN, infirmiers.ères, médecine du travail, action sociale,
• la fin du jour de carence et le retour au décret du 5 Mai 2020 concernant la liste des pathologies définissant la vulnérabilité des personnels face à l’épidémie de COVID 19,
• la distribution de 2 masques par jour promis par le ministre pour les personnels et la distribution gratuite pour nos élèves (masques fournis par l’État).