SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents (IATOSS, administratifs) | Interprofessionnel | Notre journal | Pédagogie | Précaires et non titulaires | Tous les personnels | COVID 19 | Réformes Lycée/Bac |

Pour remplacer Samuel Paty dans son établissement, Pôle Emploi recrute…
Article publié le 1er décembre 2020

L’académie de Versailles estime pouvoir recruter un.e remplaçant.e inexpérimenté.e et non formé.e pour enseigner à Conflans Sainte Honorine dans l’établissement de feu Samuel Paty. SUD éducation 77 le dénonce.

Pour remplacer Samuel Paty dans son établissement,
Pôle Emploi recrute…

➢ Recrutement par Pôle Emploi : une triste habitude

Nous ne pouvons à nouveau que déplorer que nos collègues puissent être ainsi remplacé.e.s par du personnel recruté sans aucune formation préalable par le biais de Pôle Emploi. Nous réclamons depuis des années des embauches massives de personnels d’enseignement sur des concours offrant une vraie formation à ces métiers. L’augmentation des besoins éducatifs du fait de la démographie et les contraintes dues à la crise sanitaire, comme les dédoublements demandés pour protéger élèves et personnels de l’Éducation Nationale, viennent mettre en lumière les insuffisances criantes dans les services publics que l’État laisse se dégrader. Nous avons fait maintes fois remonter les besoins en termes humains pour que les enseignant.e.s absent.e.s puissent être remplacé.e.s par du personnel formé et prêt à accueillir les élèves quel que soit le motif de l’absence de l’enseignant.e. Rien n’est venu indiquer que nous puissions être entendu. Cette annonce Pôle Emploi vient acter de façon violente et froide que la priorité n’est pas de préserver les personnels ou les élèves.
Dans les circonstances malheureuses que l’on connaît relatives à l’assassinat terroriste de notre collègue Samuel Paty, il est nécessaire que le choix de la personne qui « remplace » soit fait dans le respect de chacun.e, élèves comme futur.e enseignant.e, autant sur un plan psychologique que sur un plan pédagogique. Une fois de plus preuve est faite des choix de l’État et de ses ministères qui privilégient l’économique à l’humain : il recrute donc par Pôle Emploi…

➢ Surveiller et Punir : quand le ministre de l’Éducation Nationale dévoile sa conception sinistre du métier

Compétence professionnelle n°1 exigée pour enseigner dans l’Éducation nationale de M. Blanquer : « Surveiller le comportement des élèves et contrôler l’application du règlement intérieur, des consignes de sécurité, des règles de vie collective » (voir ci-contre).
Surveiller et punir d’abord, enseigner devient la dernière compétence requise ici, dans ce cadre particulier. Contrairement à ce que laisse à penser notre ministère, et ce quelles que soient les circonstances, nous ne sommes pas les forces de l’ordre de l’Éducation Nationale et ne dépendons pas du ministère de l’intérieur. Ceci ne laisse présager rien de bon si la réponse actuelle face au double désarroi de la perte (côté élèves) et du remplacement (côté enseignant.e) est de forger des barrières sécuritaires qui risquent de séparer celui ou celle qui arrive (l’enseignant.e) de ceux ou celles qui le reçoivent (les élèves).

➢ Pas formé.e et envoyé.e en terrain miné !

Ainsi, notre futur.e collègue arriverait-t-il/elle parachuté.e par Pôle Emploi à CONFLANS ST HONORINE, dans ce collège qui a focalisé tous les regards au niveau national avec des enjeux politiques dépassant largement le cadre de son enseignement futur. Il ou elle va être débarqué.e dans un établissement endeuillé par le tragique assassinat à caractère terroriste de Samuel Paty et confronté.e à une tension autour des questions relatives à l’enseignement de certaines parties des programmes d’histoire, de géographie et d’EMC. Le ou la collègue en question n’aura bénéficié d’aucune formation et pourrait n’avoir aucune expérience du métier. Quel que soit le ministre, face à une situation aussi minée, le bon sens exigerait que l’on envoie dans cet établissement un.e collègue chevronné.e, doté.e d’une solide maîtrise de son métier et des programmes enseignés. Le choix d’y envoyer un personnel fragile de par son inexpérience voulue (pas de droit à la formation) et de par un cadre d’embauche délétère (cf document ci-joint) qui fausse complètement les relations enseignant.e / élèves est un choix totalement irrespectueux des élèves, des familles et de tous les personnels de ce collège, mais aussi totalement inconséquent en termes de fonctionnement et particulièrement pervers en termes de politique.

➢ NOS EXIGENCES
→ RECRUTER MASSIVEMENT des collègues SUR CONCOURS pour faire face aux besoins éducatifs rendus croissants par la démographie et le contexte sanitaire avec un temps de formation adapté aux besoins pédagogiques actuels de plus en plus complexes.
→ Ne plus envoyer les collègues « au charbon » sans cette solide formation préalable.
→ Réaffirmer que nos métiers ne consistent pas à Surveiller et Punir, mais bien à ENSEIGNER à nos élèves pour qu’ils et elles s’émancipent grâce à nos PRATIQUES PÉDAGOGIQUES.

Le tract complet.

L’annonce pôle emploi.