SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents (IATOSS, administratifs, ATRF) | Interprofessionnel | Notre journal | Pédagogie | Précaires et non titulaires | Tous les personnels | COVID 19 | Réformes Lycée/Bac |

Modèle de motion en CA contre les PLE
Article publié le 7 octobre 2021

L’an passé, les 10 % de contrôle continu pour le BAC ont déjà conduit à la multiplication de pressions des parents et des élèves sur les enseignants et enseignantes, des stratégies d’évitement de devoirs par des élèves, avec à la clé un alourdissement significatif de notre travail.

La motion mise en page et téléchargeable, ici :

Voir notre analyse plus approfondie des PLE et du Bac Blanquer ici et

Les personnels syndiqués _________ et non syndiqué(e)s du lycée _________ de _______ prennent position contre le projet
local d’évaluation.

Motion commune : non au projet local d’évaluation

L’an passé, les 10 % de contrôle continu pour le BAC ont déjà conduit à la multiplication de pressions des parents et des élèves sur les enseignants et enseignantes, des stratégies d’évitement de devoirs par des élèves, avec à la clé un alourdissement significatif de notre travail.

Profitant de la crise sanitaire, Monsieur Blanquer a décidé de passer le contrôle continu pour le BAC à 40 % et décrète qu’il faudrait formaliser les différents types d’évaluation, définir les modalités, la cadence, le calendrier… de celles-ci sous le regard des pair-es et de la hiérarchie au nom d’une nécessaire harmonisation au sein de l’établissement.

Mais de qui se moque-t-on ?
Avant la réforme du lycée, l’harmonisation des pratiques enseignantes se faisait naturellement à partir des épreuves terminales ponctuelles et anonymes identiques sur tout le territoire, s’appuyant sur des programmes nationaux.
C’est précisément ce qu’a détruit la réforme du baccalauréat de Monsieur Blanquer.
Le manque de transparence de Parcoursup n’a fait qu’aggraver la situation.

Nous refusons par avance toute idée de vouloir dicter, à nos collègues, le nombre de devoirs nécessaires, le calendrier, les barèmes et les éventuelles modalités de rattrapage des devoirs, même au nom d’une majorité.

Hors de question de voter au conseil pédagogique, au conseil d’administration, dans le règlement intérieur et dans le projet d’établissement. Nous rappelons ce texte de la note de service "dans les établissements publics d’enseignement, le cadre, une fois défini dans les conseils d’enseignement, est validé par le conseil pédagogique prévu à l’article L.421-5 du code de l’éducation, puis présenté au conseil d’administration".

Nous ne voulons pas que notre liberté pédagogique soit foulée aux pieds, au nom d’un projet local d’évaluation.

Nous refusons que s’instaure au sein de l’établissement une surveillance réciproque des personnels, au nom d’échanges pédagogiques croisés entre pairs.
Ce n’est pas ce que nous avions compris au nom de l’école de la confiance et de la bienveillance.

Le projet local d’évaluation et les pratiques qui en découleraient sont à nos yeux particulièrement toxiques et dangereux pour les personnels.

Ce projet consacre la mise en place de diplômes maisons, locaux, de règles de fonctionnement locales.
Il constitue donc une remise en cause frontale de nos statuts constitués d‘obligations de services nationales. C’est la porte ouverte à la contractualisation de nos missions et recrutement local des enseignants et enseignantes comme l’a préconisé M. Macron à Marseille.
Fonctionnement local, recrutement local, remplacement à l’interne, ce sont les prémices de la privatisation de l’École.

C’est pourquoi nous revendiquons :

- l’abandon pur et simple du projet local d’évaluation et le respect de la liberté pédagogique
- l’attribution de toutes les heures permettant d’assurer les nécessaires dédoublements dans les différentes disciplines
- le rétablissement des épreuves terminales ponctuelles et anonymes pour le baccalauréat, garantes de l’égalité républicaine.
- la transparence dans la procédure Parcoursup
- l’abandon de la réforme Blanquer du lycée

Nous décidons de porter ces éléments de réflexion aux enseignants et enseignantes des lycées de France et nous invitons les personnels à se réunir, à rédiger leurs revendications et à discuter des moyens de les faire aboutir.

Nom Prénom
Signature
* le nombre de collègues (sous forme de tableau).