SUD Education Solidaires SUD Education 77
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents (IATOSS, administratifs) | Interprofessionnel | Notre journal | Pédagogie | Précaires et non titulaires | Tous les personnels | COVID 19 | Réformes Lycée/Bac |

L’histoire sans fin, version COVID 19
Article publié le 13 avril 2021

« Les grands faits et les grands personnages de l’histoire universelle adviennent pour ainsi dire deux fois. (...) la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. »
Marx dans Le 18 brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte.

Version texte sourcé

Visuel

MARS 2020

• Fin 2019 - début 2020, apparition du COVID 19. Le gouvernement reste indifférent car il a mieux à faire : imposer le saccage des retraites en dépit de l’opposition massive du pays.
• 26 février, Blanquer déclare : « si ça devait prendre des proportions plus importantes, on est préparé pour déclencher de l’enseignement à distance massif ».1
• 29 février, décision du conseil des ministres exceptionnel dédié à la crise du coronavirus : l’usage du 49-3 pour assurer le passage en force de la contre-réforme des retraites. La France peut respirer, l’exécutif assure sa protection contre la maladie.2 Un membre du gouvernement nous explique au sujet du confinement mis en place par l’Italie : « que bloquer le pays ne permet pas d’endiguer l’épidémie, que l’Italie l’avait fait et que cela avait été une catastrophe. »3
• Mars, les hôpitaux dans le nord et l’est de la France commencent à saturer, les décès se comptent déjà en milliers. Des écoles, des collèges et des lycées ferment leurs portes ici et là, faisant basculer les personnels, les élèves et leurs familles dans l’enseignement à distance.
• 12 mars au matin, le ministre Blanquer affirme que la fermeture généralisée des écoles n’est pas prévue.4
• 12 mars au soir, Macron annonce le confinement généralisé et donc, la fermeture des écoles et établissements scolaires.5 13 millions d’élèves et personnels passent à l’enseignement à distance.
• le 31 mars, après le crash généralisé des services numériques (ENT, CNED etc) de l’Éducation nationale, Blanquer accuse la Russie d’avoir lancé des cyberattaques.6

Vous cherchez une logique ? Il faut arrêter. Il n’y en a pas :
Bienvenue en Absurdistan.

MARS 2021 
 

• 21 août 2020, Blanquer annonce que si les écoles ou établissement ferment il faudra « déclencher un système d’enseignement à distance pur, nous y sommes prêts, nous avons tous les éléments pour ça ».1
• Début mars, on approche la barre des 100 000 décès liés au COVID 19. Les hôpitaux sont saturés dans plusieurs territoires, des opérations chirurgicales sont déprogrammées.
• 21 mars, Blanquer affirme que « [l’on] se contamine moins en milieu scolaire que dans le reste de la société ».2 Une étude scientifique de l’Institut Pasteur et le taux d’incidence des 9-19 ans en Île-de-France semblent pourtant prouver le contraire3.
• 24 mars, le Ministère de l’Éducation Nationale lance même une campagne publicitaire affichant fièrement le message : « Aller à l’école, c’est rester en bonne santé ».4 Les infrastructures sportives pour les scolaires sont ré-ouvertes.
• 25 mars, en dépit de sa gestion plus que douteuse et mortifère de la crise Macron, le président devenu épidémiologiste annonce qu’il ne fera « pas de mea culpa ».5
• 31 mars, Macron, annonce la fermeture des écoles et établissements scolaires en raison du COVID 19. Élèves, familles et personnels retournent à « l’enseignement à distance ».
• 6 avril, après le crash généralisé des services numériques (ENT, CNED etc) de l’Éducation nationale, Blanquer pointe du doigt des cyberattaques venues de l’étranger.6

Vous cherchez une logique ? Il faut arrêter. Il n’y en a pas :
vous êtes toujours en Absurdistan.